Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Flâneries à Anuradhapura

par Eric & Katiana
494 views

Dépassant de la jungle, vous apercevez un imposant dôme orangé sur lequel s’élève une flèche conique dont la pointe est brisée. Autour de vous, des centaines de pèlerins vêtus de blanc et les bras chargés d’offrandes se promènent silencieusement. Au loin, résonnent les mélopées des moines bouddhiste, et dans l’air, flotte le parfum doux et sucré de l’encens. Vous voici à Anuradhapura, berceau de la civilisation cinghalaise et ancienne capitale du puissant royaume de Lanka.

Anuradhapura en bref

 

Anuradhapura en bref

Si Anuradhapura m’était contée


Pendant plus de quatorze siècles, Anuradhapura fut la capitale du royaume de Lanka. Cette ville monastique aura accueilli 113 rois et 4 reines, des dizaines de milliers de moines et plusieurs reliques de Bouddha. Pour les protéger, les rois cinghalais y auront fait édifier des temples monumentaux, qui sont désormais les témoins de la gloire passée du royaume de Lanka.

Les invasions incessantes et le délitement du pays auront raison d’Anuradhapura. La cité fut abandonnée en 1073 et pendant plus de huit siècles, la nature s’occupa d’enfoncer temples et palais sous une épaisse couverture de lianes et de racines. Anuradhapura est alors devenu un mythe accolé à un passé glorieux auquel plus personne ne croyait vraiment.

Il faut attendre 1820 pour que des aventuriers anglais redécouvrent Anuradhapura alors dévorée par la jungle. Ce sont les dagobas, qui ressemblait à cette époque à d’énormes tumulus, qui auront le mieux survécu aux outrages de la nature et du temps.

Ruwanweliseya, Anuradhapura, Sri LankaNote – À Anuradhapura, les dagobas (stupa srilankais) sont les constructions les plus imposantes que vous verrez au Sri Lanka.

Pendant des dizaines d’années, les origines de cette mystérieuse cité perdue, resteront une énigme. Mais la redécouverte des chroniques du Mahavamsa, écrites au milieu du Ve siècle permettront de retracer l’histoire de ce royaume.

Des travaux de restauration ont été initiés au début du XXe siècle et aujourd’hui, des millions de pèlerins se rendent à Anuradhapura chaque année pour se recueillir face à ces antiques monuments qui auront vu naitre le bouddhisme Sri Lankais.

 

La visite d’Anuradhapura


Anuradhapura est une ville particulièrement intéressante pour les nombreux vestiges historiques qu’elle abrite, mais aussi parce qu’elle est encore un lieu de pèlerinage très actif pour de nombreux bouddhistes Sri Lankais. Le site étant particulièrement grand, on y a passé trois jours, dont une matinée à Mihintale éloignée d’une dizaine de kilomètres.

Puisqu’il nous est impossible de décrire tout ce qu’on y a vu, on vous propose de découvrir ci-dessous les lieux les plus intéressants d’Anuradhapura.

Marécages, Anuradhapura, Sri Lanka

 

Le Ruwanweliseya

Le Ruwanwaliseya est un dagoba de couleur blanche au coeur d’un temple encore très actif de nos jours. C’est ici que vous verrez le plus de pèlerins dans tout Anuradhapura. Il a été construit au IIe siècle avant notre ère et entièrement rénové dans les années 40. La base du dagoba est entourée par une multitude d’éléphants de pierres qui semblent soutenir l’imposant dôme et font écho à ceux qui soutiennent la terre dans la cosmologie bouddhique.

 

Pèlerins au Ruwanwaliseya, Anuradhapura, Sri LankaNote – Dès que la nuit arrive, de nombreux pèlerins se dirigent vers le Ruwanweliseya pour prier et déposer des fleurs en offrande.

Une fois la nuit complètement tombée, nous avons quitté le Ruwanweliseya pour nous rendre au Thuparamaya. Un autre dagoba, de taille bien plus modeste mais particulièrement important puisqu’il est censé contenir un os du bouddha. Il date du IIIe siècle av. J.C. Ce qui en fait l’un des monuments les plus anciens de toute l’île.

 

Pointe du Ruwanweliseya, Anuradhapura, Sri LankaThuparamaya, Anuradhapura, Sri LankaNote – Au-dessus, la pointe du Ruwanweliseya culmine à une hauteur de 103 mètres. En dessous, le petit dagoba de Thuparamaya, le plus ancien de toute l’île.

 

Le Jethawanaramaya

Le Jethawanaramaya était à l’origine un immense monastère qui accueillait environ 10 000 moines à son apogée. Aujourd’hui, les ruines encore à trois-quarts recouvertes par la végétation parsèment un immense parc au milieu duquel trône un imposant dagoba. Bien qu’âgé d’un peu moins de 2000 ans, il est avec ses 122 mètres de hauteur et ses 113 de diamètre le troisième plus grand stupa au monde.

 

Jethavanaramaya, Anuradhapura, Sri LankaAutour du Jethawanaramaya, Anuradhapura, Sri LankaPointe du Jethawanaramaya, Anuradhapura, Sri LankaLes ruines et la jungle, Anuradhapura, Sri LankaNote – Le monastère de Jethawanaramata, ses ruines et son impressionnant dagoba de pierre rouge, le troisième plus grand au monde.

 

En faisant attention aux dalles de pierres de la terrasse qui entoure le dagoba, vous remarquerez que certaines d’entre elles sont creusées par un étrange phénomène d’érosion. On raconte que des herboristes y préparaient leurs concoctions directement dans ces cavités afin que leurs ingrédients s’imprègnent bien de la magie du lieu.

 

Bien d’autres dagobas

Les dagobas sont les monuments qui ont le mieux survécu au passage des siècles. De ce fait, vous allez en voir beaucoup à Anuradhapura. Pour les visiter, vous n’avez pas le choix que d’enlever vos chaussures.

Les dalles exposées au soleil risquent de bien chauffer la plante de vos pieds. Certains touristes gardent avec eux une épaisse paire de chaussettes pour éviter ce désagrément. De notre côté, il faisait nuageux les jours où nous étions à Anuradhapura et nous n’avons absolument pas eu ce genre de problèmes.

 

Sommet de l'Abayagiriya, Anuradhapura, Sri LankaNote – Le dagoba du temple d’Abayagiriya dépasse de la jungle d’Anuradhapura.

Ces dagobas ne sont pas tous âgés de 2000 ans. Nous avons ainsi eu l’occasion de monter au sommet du Sanda Hiru Seya qui est actuellement en construction. Commandé par le gouvernement sri lankais en mémoire des victimes de la guerre civile, les travaux sont menés par l’armée dans la plus pure tradition antique, parait-il.

Si vous avez l’occasion d’y grimper, n’hésitez pas. Les échafaudages n’inspirent pas confiance, mais la vue que l’on peut contempler à son sommet vaut vraiment le coup.

 

Stupa en construction, Anuradhapura, Sri LankaPanorama, Anuradhapura, Sri LankaNote – Le dagoba Sanda Hiru Seya, encore en construction, offre une magnifique vue sur Anuradhapura de son sommet.

 

Le monastère d’Abayagiriya

Fondé en 88 avant notre ère, ce monastère connait son apogée à la fin IIIe siècle où il accueille près de 5 000 moines. Son influence s’étend alors dans toute l’Asie, en particulier au Japon et au Tibet.

En plus de son imposant dagoba de pierre rouge haut de 75 mètres, ce site archéologique contient encore de nombreux vestiges en excellent état de conservation. Notamment la plus ancienne pierre de lune de toute l’île ainsi que le Kuttam Pokuna.

Kuttam Pokuna signifie en sri lankais, bassins jumeaux. Ils étaient utilisés par les moines du monastère d’Abayagiriya tout proche. Parfaitement conservés, ils sont considérés comme les plus beaux spécimens de bassins de l’ancien Sri Lanka. C’est surtout leur sobriété qui m’a marqué. Presqu’aucune sculpture ne vient perturber leur symétrie presque parfaite.

 

Kuttam Pokuna, Anuradhapura, Sri LankaNote – Le plus grand des bassins jumeaux d’une longueur de 40 mètres servait aux ablutions des moines du monastères de Abayagiriya il y a plus de 1500 ans.

La pierre de lune se trouve de l’autre côté du dagoba d’Abhayagiri, au pied du King’s Mahasen Palace. Du palais, il ne reste que quelques piliers et pas grand chose d’autre. Mais en baissant les yeux, vous pourrez observer un magnifique seuil de pierre sculpté d’une multitude de motifs chargés de symboles.

 

King's Mahasen Palace, Anuradhapura, Sri LankaPierre de lune, Anuradhapura, Sri LankaPiscine royale, Anuradhapura, Sri LankaNote – Au-dessus, les maigres vestiges du King Mahasen Palace. En dessous, la fameuse pierre de lune, la plus ancienne du Sri Lanka.

 

Le Sri Maha Bodhi

Cet arbre vieux de 2300 ans serait issu d’une bouture de l’arbre de la Bodhi sous lequel le Bouddha aurait atteint l’éveil. Le temple duquel il est le centre est l’endroit le plus sacré et le plus ancien de tout Anuradhapura. Même après l’abandon de la ville et alors que les monastères tombaient les uns après les autres en ruine, un petit groupe de moine coupé du monde extérieur continua de l’entretenir.

Récemment, des boutures de cet arbre ont été plantées dans des temples du monde entier créant ainsi une troisième génération issue du figuier d’origine.

Pour des personnes qui ne sont pas issues de cette culture, il est assez difficile de comprendre cette ferveur provoquée par un arbre aussi vieux soit il. Mais pour un sri lankais, même né à des milliers de kilomètres de là, il est presque inconcevable de passer à Anuradhapura sans y déposer une offrande. Katiana s’est alors tout naturellement pliée à cette tradition sous mon regard intrigué.

 

Encens, Anuradhapura, Sri LankaAnuradhapura, Sri Lanka

 

Anuradhapura pratique

Se rendre à Anuradhapura

  • En train : Il y a deux gares ferroviaires à Anuradhapura. La Anuradhapura Railway Station et la New Town Railway Station. Elles ne sont desservies que par les trains en provenance de Colombo avec environ 4 liaisons par jours. Comptez alors 5 heures de trajet.
  • En bus : Il y a deux gares routières à Anuradhapura. La Old Bus Stand propose des liaisons avec Colombo (6 heures de trajet), avec Kandy (4 heures de trajet) et avec Dambulla (2 heures de trajet). À chaque fois un départ toutes les 30 minutes. La New Town Bus Station propose des liaisons avec Polonnaruwa (4 heures de trajet), avec Trincomalee (4 heures de trajet) et surtout Mihintale.

Manger à Anuradhapura

Pas vraiment de restaurant digne de ce nom à Anuradhapura. Préférez ce que vous propose votre hôtel ou votre guesthouse.

  • Little Paradise Anuradhapura : On l’a testé en faisant confiance à son excellente note sur tripadvisor et il ne nous a pas déçus. Gastronomie traditionnelle et asiatique. 622/18, Godage Mawatha, Anuradhapura — 0252 235 132 —

Dormir à Anuradhapura

Une zone hôtelière à proximité de la New town Bus station accueille la plupart des hôtels d’Anuradhapura. Sans charmes, ils auront au moins le mérite d’exister pendant la haute saison.

Nous étions dans l’un d’entre eux que nous ne vous recommanderons pas. Mais pour être franc, seule la zone historique est intéressante à Anuradhapura tandis que la ville moderne est grise et poussiéreuse.

Se déplacer à Anuradhapura

Le site d’Anuradhapura est particulièrement grand. On vous recommande de louer un vélo ou un tuk-tuk. Pour cela, renseignez vous auprès de l’accueil de votre hôtel ou de votre hôte. Pour la location d’un tuk-tuk, il est nécessaire de posséder son permis international.

Le prix

Les billets s’achètent au musée archéologique et coûtent 3 500 roupies (env 20 €). Néanmoins, certains monuments nécessitent l’achat d’un billet supplémentaire (pas plus de 300 roupies).

Les horaires

Tous les jours, du lever du soleil à la tombée de la nuit pour les temples. Le musée est ouvert de 7h30 à 17h.

Articles similaires

Commentaires

Ce site web utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. Accepter En savoir plus