Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Faut-il visiter Colombo ?

par Eric & Katiana

C’est la grande question en arrivant au Sri Lanka. Même si le pays n’est pas très grand, il est impossible de tout voir en deux semaines et Colombo est souvent délaissée par les voyageurs. Pourtant, derrière ses airs de ville moderne sale et polluée, cette métropole cache bien des surprises. Alors pour vous aider à faire votre choix et savoir s’il faut vraiment visiter Colombo, on vous invite à découvrir notre visite, nos bonnes adresses ainsi que nos conseils pratiques.

 

Un peu d’histoire


Ce qui vous frappe immédiatement à votre arrivée à Colombo, c’est l’absence de quartier historique. La plupart des constructions sont modernes, et c’est vrai, manquent de charme. Avant de commencer votre visite et pour bien comprendre à quoi on a affaire, on va se pencher rapidement sur l’histoire de cette ville qui n’était à l’origine qu’un petit village de pêcheurs.

 

Note – Le quartier de Pettah, Galle Face et l’Independence Square sont les grands incontournables de Colombo.

D’UN PETIT PORT DE PÊCHE…

C’est l’arrivée des portugais en 1517 qui fait entrer Colombo dans l’Histoire. Ils s’en servent de base arrière pour leurs projets de conquêtes et y construisent un fort en 1517. Cinq cent ans plus tard, la seule trace de cette présence c’est le nom d’un quartier, le quartier de Fort. Coincé entre le port et celui de Pettah, ce quartier hyper sécurisé accueille aujourd’hui la résidence présidentielle.

La présence portugaise se manifeste encore aujourd’hui dans la culture du pays. En plus de l’importante présence catholique dans cette région, vous rencontrerez de nombreux sri lankais avec des noms de famille à consonance portugaise (Perrera, De Silva, Gomes…). Mais ce qui a surtout traversé l’histoire, c’est le Baila. Mais ça, c’est une autre histoire.

…À LA CAPITALE ÉCONOMIQUE DU PAYS.

Après avoir conclu une alliance avec le royaume de Kandy, les hollandais chassent les portugais de Colombo en 1656. Les libérateurs se font rapidement colonisateurs et construisent quelques belles demeures coloniales dont l’actuel Dutch Period Museum. Comme les portugais, ils laissent deux noms de quartier derrière eux. L’exotique Cinamon Garden et le sinistre Slave Island.

Ce sont bien sûr les Britanniques qui transforment le plus la ville. A partir de 1815 et la chute du royaume de Kandy, leurs importants travaux de modernisation donnent naissance aux différentes gares de chemin de fer, à de splendides demeures coloniales et surtout au Colombo que l’on connait maintenant. C’est à dire le cœur commercial et politique du Sri Lanka.

UNE VILLE TOURNÉE VERS L’AVENIR

À partir de 1948 et l’indépendance du pays, la ville se modernise à grande vitesse et son visage se transforme. Si elle perd son statut de capitale politique du pays en 1979 au profit de Sri Jayawardenapura Kotte, Colombo reste encore aujourd’hui, et surement pour longtemps, la ville la plus importante du Sri Lanka.

 

Quartier de Fort, Colombo, Sri LankaNote – Au coeur du quartier de fort, le centre économique du pays.

 

Les incontournables de Colombo


Pour faire le tour des lieux intéressants à Colombo, comptez une petite journée. Trois quartiers retiennent l’attention. Le quartier de Cinnamon Garden pour son décor colonial, celui de Slave Island pour ses temples et celui de Pettah, le plus authentique.

 

Ruine quartier de Fort, Colombo, Sri LankaNote – À Colombo, on est impressionné par le nombre de ruines qui côtoient des immeubles flambants neufs comme ici dans le quartier de fort.

LE QUARTIER DE CINNAMON GARDENS


C’est le quartier chic de Colombo. Il tire son nom des canneliers Hollandais qui y résidaient et tire sa réputation de ses spacieuses villas et ses écoles réputées. Ça, c’est ce que vous lirez dans votre guide. Pour le coup, la plupart des bâtiments sont cachés derrières de hauts murs en briques.

Lorsqu’on on y met pour la première fois les pieds, on est surtout impressionnés par les arbres gigantesques qui y poussent le long des rues. Ce sont des figuiers des Banians, une variété très commune au Sri Lanka. Leurs racines aériennes poussent à partir de leurs branches pour former de nouveaux troncs en touchant le sol.

 

L’Independence Square

En descendant Jawatte Road puis en longeant différents campus universitaires, on arrive face à l’Independence Commémoration Hall. Pour l’anecdote, ce bâtiment est inspiré du Magul Maduwa. Une salle d’audience sous le toit de laquelle avait été signée, en 1815, la capitulation du royaume de Kandy. Symbole, symbole.

La place de l’indépendance abrite un musée et accueille régulièrement des cérémonies politiques et religieuses. Très calme le jour, c’est à la tombée de la nuit que le coin s’anime. Cette place est en effet le point de rendez vous de sportifs de tous âges et de toutes disciplines. Jogging, yoga, fitness et même boxe anglaise se mélangent alors dans une ambiance particulièrement bon enfant.

 

Colonnade de l'indépendance Memorial, Colombo, Sri LankaColonne de l'indépendance Memorial Hall, Colombo, Sri LankaIndependence square, Colombo, Sri Lanka

Note – L’Independence Memorial Hall et sa silhouette très inspirée par l’architecture Kandyenne. Très peu animé la journée, il attire de nombreux sportifs à la tombée de la nuit.

 

Autour du parc Viharamahadevi

En poursuivant notre chemin le long de l’Independence avenue, on atteint le parc de Viharamahadevi. Ici, les arbres hébergent toute une colonie de chauves-souris. Plutôt bien entretenu, son principal avantage est de nous avoir offert un peu de fraicheur.

À son extrémité nord, un face-à-face se joue depuis des années entre l’ancien hôtel de ville et un imposant bouddha doré. Au sud, le National Museum et le Natural History Museum aux architectures coloniales, permettent d’en connaître un peu plus sur la culture sri lankaise.

Derrière l’hôtel de ville, on découvre la mosquée Dawatagaha Jumma Masjid. Construite il y a plus de 150 ans, ses façades blanches font face au magasin Odel. C’est le centre commercial le plus célèbre de toute l’île.

 

City Hall, Colombo, Sri LankaNote – L’ancien hôtel de ville de Colombo fait face au Bouddha du parc Viharamahadevi.

LE QUARTIER DE SLAVE ISLAND


Bien plus urbanisé que celui de Cinnamon Gardens, le quartier de Slave Island est construit autour du lac de Beira. Il tire son nom de l’île où les hollandais enfermaient leurs esclaves. Ce quartier abrite de nombreux temples et sanctuaires. Les plus intéressants sont, sans aucun doute, le temple Gangaramaya et son extension à une centaine de mètre, le temple Seema Malaka.

 

Le temple Gangaramaya

Au temple Gangaramaya, on a apprécié l’étonnant mélange d’architecture sri-lankaise, thaïlandaise, indienne et chinoise qui donne au lieu un aspect très particulier. De plus, les fidèles y ont pour habitude d’offrir des objets de toutes sortes. Cette pratique a fini par constituer un véritable petit musée. On y a découvert un éléphant empaillé, des voitures de collection et tout un fatras de babioles en tout genre.

C’est d’ici que part la très célèbre fête de Navam Perahera qui réunit éléphants, danseurs et musiciens dans une immense procession qui traverse les rues de la ville. Cette année, elle tombe le 31 janvier. On ne manquera pas de vous partager quelques photos !

 

Gangaramaya temple, Colombo, Sri LankaNote – Le plafond du temple Gangaramaya, Colombo, Sri Lanka.

Le temple Seema Malaka

Le temple de Seema Malaka est encore plus surprenant. Il est construit sur trois plateformes reliées entre elles par des pontons en bois au beau milieu du lac Beira. La toiture du bâtiment principal, constituée de tuiles bleues, réinterprète l’architecture traditionnelle Kandyenne. Les îlots sont quant à eux ceinturés de nombreuses statues de bouddha dorés.

Enfin, la plate-forme latérale du temple honore le panthéon bouddhiste Sri Lankais en réservant, à ses quatre coins, de petits sanctuaires dédiés à Shiva, Vishnu, Kataragama deviyo et Ganesha.

 

Mosquée Pettah, Colombo, Sri Lanka

 

LE BAZAR DE PETTAH


Vibrant d’une agitation frénétique, le quartier de Pettah est un vaste bazar dans lequel on peut trouver tout et n’importe quoi. Pour nous, ça a été le gros coup de cœur. Les rues y sont étroites, bondées, et les étals des commerçants locaux achèvent d’asphyxier une circulation extrêmement laborieuse. Mais étonnamment, le lieu est relativement organisé puisque certaines rues sont spécialisées. On en a trouvé une pour l’électroménager, une autre pour le thé, une pour les saris…

La mosquée Jami-ul-Alfar

Impossible à rater, la mosquée Jami-ul-Alfar surplombe de sa façade rouge et blanche une ruelle encombrée par les étals des marchands de tissus. Achevée en 1909, c’est la plus grande mosquée du Sri Lanka. Ses 6 étages sont entièrement dédiés à la prière et peuvent accueillir jusqu’à 10 000 fidèles.

 

Jami-ul-Alfar, Pettah, Colombo, Sri LankaEntrée de la mosquée de Pettah, Colombo, Sri LankaJami-ul-Alfar, Colombo, Sri Lanka

Note – La mosquée Jami-ul-Alfar peut accueillir jusqu’à 10 000 fidèles grâce à ses nombreuses salles de prières dispersées dans ses 6 étages.

 

On y était en fin d’après midi. Entre le quartier qui se pare d’une teinte dorée et l’Adhan qui se met à dominer le vacarme de la foule. On vous l’avoue, on a adoré l’ambiance. Dépaysement garanti mais peut être à éviter pour les agoraphobes.

A quelque pas de là, dans une rue peu fréquentée, on est tombés sur le Sammangodu Sri Kathiravelayutha Swami Kovil. Derrière ce nom imprononçable, se cache un modeste temple hindouiste de quartier. Méconnue, sa décoration bariolée et finement détaillée mérite le détour le temps d’une petite photo.

 

Kovil à Pettah, Colombo, Sri LankaSculptures d'un Kovil à Pettah, Colombo, Sri Lanka

Note – Un petit Kovil de quartier à la décoration bien fournie. On pourrait passer un temps fou à observer toutes ces figures issues du panthéon hindouiste.

Enfin, un peu plus à l’est, le quartier de Pettah nous a réservé encore quelques surprises. Notamment les New & Old Kathiresan Kovils qui sont des petits temples hindous, tout aussi colorés. C’est d’ici que part la fameuse fête annuelle du Vel. A proximité, une résidence coloniale du XVIIIème siècle accueille le Dutch Museum, consacré à la période hollandaise.

 

Alors, à visiter ou pas ?


La ville n’est pas inintéressante et on a eu plaisir à la visiter. Malgré tout, on doit admettre qu’elle ne présente pas le même intérêt que des sites plus emblématiques du Sri Lanka tels que Sigiriya ou les anciennes capitales d’Anuradhapura et de Polonnaruwa.

Ainsi, si vous vous rendez au Sri Lanka pour un long séjour, vous auriez tout intérêt à vous attarder une journée à Colombo. Mais pour un séjour de deux semaines ou moins, c’est Negombo en sortant de l’aéroport puis direction le triangle culturel.

 

Dans les rues de Pettah, Colombo, Sri LankaNote – Dans les rues mouvementées de Pettah

Nos bonnes adresses sur Colombo

 

OÙ MANGER À COLOMBO ?

Difficile de trouver son bonheur dans cette ville où on perd rapidement ses repères. Cependant, quelques adresses ont su retenir notre attention.

  • The Gallery Cafe : Gros coup de coeur pour les patisseries et le cadre imaginé par l’architecte de renom, Geoffrey Bawa. 2 Alfred House Road, Colombo 7 — 0112 582 162 — 10:00-00:00
  • Giovanni’s : Une pizzeria très appréciée par les locaux et les expats. Il faut parfois attendre un peu pour avoir une table mais ça en vaut la peine. 145, Thimbirigasyaya Pl, Colombo 5— 077 033 5366 — 18:00-23:00
  • Asylum : Restaurant / lounge bar sans caractère mais la nourriture et les boissons sont correctes. Petit plus pour la terrasse. 3 Arcade, Independence Square, Colombo 7— 077 360 1377 — 11:00-23:55
  • Botanik : Rooftop en plein coeur du très chic quartier de fort. Le cadre est agréable sur les toits de Colombo. 7 Hospital Street, Colombo 1— 076 644 5888 — 12:00–01:00

 

OÙ DORMIR À COLOMBO ?

Colombo dispose d’une offre d’hôtels, de guest-houses et même d’appartements AirBnb particulièrement bien fournie. Privilégiez les cinquième et septième arrondissements qui sont plus calmes et proche des lieux intéressants. Enfin, évitez ceux donnant sur Galle Road, bien trop bruyants.

 

Mosquée Jami-ul-Alfar dans le quartier de Pettah, Colombo, Sri LankaNote – L’entrée principale de la grande mosquée de Pettah.

Se rendre à Colombo

 

EN PROVENANCE DE L’AÉROPORT INTERNATIONAL

  • Le bus express 187-E03 : De 5:30 à 18h30, ce bus relie en 45 minutes et pour 110 roupies (≈0,60 €) l’aéroport international à la Central Bus Stand dans le quartier de Pettah. Le départ se fait à gauche du hall d’arrivée.
  • En taxi : La course coûte entre 3000 et 3500 roupies (≈20 €) suivant l’endroit où vous voulez vous rendre dans Colombo. Demandez lui de passer par l’autoroute en lui assurant de payer le péage qui est à 400 roupies (≅2,20 €). 40 minutes de trajet environ.

 

EN PROVENANCE DES AUTRES VILLES DU SRI LANKA

  • En bus : Presque toutes les agglomérations du Sri Lanka sont reliées entre elles par un réseau de bus. Si vous êtes courageux, vous arriverez à Colombo par la gare routière Bastian Mawatha qui est desservie par toutes les lignes nationales.
  • En train : Le chemin de fer sri lankais relie notamment la Fort Railway Station dans le quartier de Pettah aux villes suivantes : Anuradhapura, Badulla, Ella, Galle, Jaffna, Kandy, Matara, Trincomalee. Les prix des billets oscillent entre 100 et 500 roupies (≈0,50-3,50 €), suivant le trajet.
  • En voiture avec chauffeur : Chaque lieu touristique possède un comptoir où vous pouvez louer le service d’une voiture avec chauffeur pour des tarifs allant de 5 000 à 30 000 roupies suivant le trajet.

 

Se déplacer dans Colombo

  • En three wheeler : Pour vous déplacer d’un quartier à un autre, le three wheeler (tuk-tuk local) est, comme dans une grande partie du pays, le choix le plus pratique. En vous déplaçant un peu partout, vous en aurez pour environ 500 roupies (≈3 euros). Par contre, ne montez que dans ceux équipés d’un compteur. Leur présence est obligatoire à Colombo.
  • Le bus : La ville bénéficie d’un réseau d’autobus plutôt dense mais on vous les déconseille. Souvent bondés, il faut parfois littéralement sauter à l’intérieur car certains ne marquent pas l’arrêt.
  • En VTC : Colombo est couverte par Uber mais aussi par son concurrent local PickMe. Leurs tarifs ne sont pas franchement attractifs comparés aux three wheelers mais ils offrent un confort incomparable.

Articles similaires

Commentaires

Ce site web utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. Accepter En savoir plus