Dans les rues de Jaffna

par Eric & Katiana

Tout au nord du Sri Lanka, au bout d’une presque île, se trouve la ville de Jaffna. Pendant des années coupée du monde à cause de la guerre civile, la capitale culturelle des tamouls sri-lankais reste encore à l’écart des habituels itinéraires touristiques. Sans trop savoir à quoi nous attendre, nous nous y sommes rendus le temps d’un long week-end. Voici la première partie de notre visite.

 

Jaffna en Bref

 

 

 

Qu’est-ce que Jaffna ?


Jaffna est une petite ville d’environ 90 000 habitants située tout au nord du Sri Lanka. Son histoire remonte à l’arrivée des premiers tamouls au sur l’île il y a plus de 2000 ans. La ville et sa région font partie du royaume de Lanka pendant toute la période d’Anuradhapura. Mais au XIIIe siècle, alors que l’invasion indienne pousse le royaume cinghalais à reculer de plus en plus vers le sud, les tamouls du nord fondent un royaume indépendant en choisissant Jaffna pour capitale.

La ville profite de sa proximité culturelle et géographique avec l’Inde du Sud pour développer son commerce de perles et d’éléphants. Mais cette position stratégique qui se trouve sur la route de la soie attire les convoitises. En 1621, les portugais en prennent le contrôle et y construisent un fort. En 1658, la ville passe sous le contrôle des hollandais et en 1796 sous celui des britanniques.

 

Note – Quelques séquences filmées au cours de notre week-end à Jaffna. La péninsule regorge de trésors architecturaux et naturels et il nous aurait fallu des semaines pour tous les découvrir. En revoyant ces images, on regrette un peu de n’être pas restés plus longtemps.

 

Pendant des siècles, séparée des autres royaume sri lankais par de vastes plaines désertiques, la péninsule de Jaffna n’a que très peu de contact avec le reste de l’île. C’est une culture totalement différente qui s’y développe. La langue, la religion et les coutumes ne sont pas les mêmes et aujourd’hui encore, un voyageur venant du sud du Sri Lanka aura l’impression de changer de pays en se rendant à Jaffna.

Au cours de la guerre civile, de nombreux monuments culturels et religieux sont détruits et la ville se vide d’une partie de sa population. Dix ans plus tard, malgré quelques améliorations, les ruines et les traces du conflit sont encore très présentes. Malgré tout, la région conserve un charme sauvage incroyable et reste encore à l’abri de l’industrie du tourisme.

 

La visite de Jaffna


En arrivant sur place, nous n’avions que très peu d’informations sur la ville et sa région et nous avons préféré faire confiance à notre chauffeur. Pour la ville de Jaffna, la visite ne nous aura pris qu’une journée. En plus de nous être promenés dans ses rues, nous avons visité deux endroits en particulier, le Nallur Kandaswamy Kovil et l’ancien fort hollandais.

 

LE NALLUR KANDASWAMY KOVIL

Sur les conseils de notre chauffeur, nous commençons notre visite par le Nallur Kandaswamy Kovil. Ce dernier est entouré par un mur décoré de rayures rouges et blanches qui annoncent la présence d’un lieu sacré. Une fois devant l’entrée, nous ne sommes pas déçus.

 

Nallur Kandaswamy Kovil, Jaffna, Sri LankaNote – L’entrée du Nallur Kandaswamy Kovil donne sur une vaste cour ensablée. Sa façade dorée tranche avec celles plus colorées des autres kovils du pays. En bas à droite, on aperçoit les fameuses bandes rouges et blanches qui annoncent la présence d’un temple dédié à Shiva.

 

La façade du temple est décorée d’une multitude de petites statuettes dont les détails contrastent avec le style plus approximatifs de celles des autres temples du pays. À droite de l’entrée, se dresse une tour, un gopura, d’une vingtaine de mètres de haut elle aussi finement ouvragée.

On nous explique que le temple actuel est construit sur les restes d’un précédent temple datant du XIVè siècle que les portugais ont détruit à leur arrivée. Celui-ci date de 1734 et a bénéficié de nombreux travaux d’agrandissement et de restauration au cours de son histoire.

 

Nallur Kovil, JaffnaDétail Nallur Kovil, JaffnaNote – Au Nallur Kandaswamy Kovil, chaque petite statue fait l’objet d’un travail extrêmement minutieux.

 

En fait, ce temple est dédié au dieu Skanda, le fils de Shiva. il serait toujours aujourd’hui le plus important de toute l’île et un véritable modèle pour les autres. C’est d’ailleurs ici qu’à lieu à la fin du mois d’août, la plus grande fête hindouiste de l’île, le Nallur Festival.

Comme dans tous les kovils, les hommes doivent se mettre torse nu avant d’y entrer. Mon t-shirt dans la main, nous entrons dans l’intérieur du temple. À cette heure de la journée, il n’y presque pas de fidèles. Les seuls sons qui nous viennent à l’oreille sont le tintement des clochettes disposées un peu partout.

À l’intérieur aussi, c’est aussi les couleurs ocre et dorée qui dominent, donnant une allure presque magique au lieu. Nous faisons le tour d’une grande cour intérieure en longeant de nombreuses fresques représentants différentes figures du panthéon hindouiste. Nous n’avons malheureusement pas pu prendre de photos, mais on peut vous assurer que nous en sommes ressortis complètement émerveillés.

 

Gopura, Nallur Kandaswamy Kovil, JaffnaNote – Le plus grand gopura du Nallur Kandaswamy Kovil. Un gopura est une construction caractéristique de l’architecture religieuse du sud de l’Inde. Ils sont à chaque fois recouverts d’une multitude de statues représentant le monde des dieux. On en retrouve jusqu’en Asie du Sud-est et les plus grands peuvent atteindre les 70 mètres.

 

Pour nous remettre de nos émotions, mais aussi parce que nous sommes de vrais gourmands, nous faisons une halte au Rio Ice Cream. Ce glacier est si réputé à Jaffna qu’il est connu dans tous le Sri Lanka. Ni une, ni deux, nous commandons la spécialité locale, le « Lava ».

C’est un gâteau au chocolat aux noix de cajou, placé au fond d’un plat en fonte brûlant, sur lequel est déposé une boule de glace à la vanille. On verse sur le tout un nappage au chocolat ou à la myrtille qui, en entant en ébullition au contact plat, dégage l’énorme nuage de vapeur caractéristique de cette merveille. On adore. On adore tellement que nous y retournons le lendemain.

 

Devanture du Rio Ice CreamGlace au Rio Ice CreamNote – La devanture fifties du Rio Ice Cream contraste avec l’intérieur du restaurant qui ne paye vraiment pas de mine. Mais ne vous y fiez pas, leurs desserts sont de véritables merveilles.

 

LE MARUTHANAMADAM ANJANEYAR TEMPLE

En traversant la ville en direction du fort de Jaffna, notre regard est attiré par une immense statue d’Hanuman, le dieu singe de la sagesse et patron des lutteurs. Elle marque l’entrée d’un Kovil relativement moderne construit à proximité d’un marché couvert. C’est le Maruthanamadam Anjaneyar Temple. Nous nous arrêtons le temps de quelques photos, mais sans nous attarder plus. La journée passe vite et je tiens à arriver au fort avant qu’il ne fasse trop sombre.

 

Dans les rues de Jaffna, Sri LankaAnuman, le dieu singe, JaffnaTemple d'AnumanNote – Hanuman, le dieu singe, est une divinité particulièrement appréciée par les hindouistes. Il est à la fois l’incarnation de la fidélité et de la justice et le gardien des maisons. En remerciement de sa protection, les populations hindouistes respectent et prennent soin des singes hanuman (Semnopithecus entellus), qui sont considérés comme ses descendants.

 

LE FORT DE JAFFNA

Les premières pierres du fort de Jaffna ont été posées par les portugais dès leur arrivée en 1621. Mais comme pour celui de Galle, ce sont les hollandais qui construiront la place-forte, telle que l’on peut la visiter aujourd’hui. Elle est alors le centre de la nouvelle Jaffna, et abrite derrière ses murailles un petit quartier colonial. Pendant 300 ans, la forteresse n’essuiera aucun coup de canon.

Mais entre 1986 et 1995, le fort passe plusieurs fois entre les mains de l’armée sri lankaise et des tigres tamoules. À chaque bataille, une pluie d’obus s’abat sur la ville colonial, la réduisant à chaque fois, un peu plus en ruine. Aujourd’hui, ses murailles ne protègent plus qu’un vaste terrain vague ou s’amoncellent ici et là, des piles de gravats.

 

Le Fort de Jaffna, Sri LankaDécombres à JaffnaNote – Le fort de Jaffna fait actuellement l’objet de travaux de restaurations financés par les pays-bas. Ces derniers portent essentiellement sur les murailles. La vielle ville a tellement été dévastée par les combats qu’il n’y a plus rien à récupérer. Dans l’enceinte du fort, on trouve d’ailleurs une pile de gravats haute comme un immeuble.

 

Nous passons une petite heure en haut des remparts. En contrebas, un groupe de jeunes garçons joue au cricket sous le regard de quelques promeneurs qui profitent de la fraîcheur du soir. De notre point de vue, nous pouvons apercevoir les différentes îles qui forment le début du pont d’Adam, un chapelet de banc de sable qui relie l’île au continent.

Avant 1480, il était possible d’emprunter ce chemin pour rejoindre l’Inde à pied. Une violente tempête aurait alors brisé cet isthme par lequel étaient arrivées les différentes vagues migratoires cinghalaise et tamoule.

Aujourd’hui, un certain nombre d’îles appartenant au pont d’Adam sont reliées entre elles par un réseau de digues. Du haut des murailles, nous pouvons d’ailleurs observer celle qui relie Jaffna à l’île de Kayts. C’est elle que nous emprunterons pour la suite de notre visite qui vous sera racontée dans la deuxième partie de cet article.

 

Murailles du fort de Jaffna, Sri Lanka

Articles similaires

Commentaires

Ce site web utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. Accepter En savoir plus