Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Le temple de la dent

par Eric & Katiana
572 views

Protégée par une jungle épaisse et des collines escarpées, la ville de Kandy abrite le sanctuaire le plus sacré du Bouddhisme Sri Lankais. Il est le lieu de départ d’une immense procession rassemblant des dizaines d’éléphants et des milliers de danseurs. A cette occasion, une relique, la dent de Bouddha, est exposée à la vue de tous. Cette procession, c’est l’Esala Perahera et ce sanctuaire, c’est le Dalada Maligawa, le temple de la dent.

 

La visite du temple de la dent


Surplombant le lac de Kandy et autrefois partie intégrante du palais royal, le Dalada Maligawa est le coeur d’un vaste domaine religieux.

Autour du temple

Nous avons commencé notre visite en passant par le Magul Maduwa, la salle des audiences. Son architecture a inspiré celle du mémorial de l’indépendance de Colombo. Le 10 Mars 1815, c’est sous son toit qu’est établie la convention de Kandy. Elle entérinait la fin du royaume cinghalais et la destitution de son dernier roi.

Façade, temple de la dent, kandyNote – Le Mahawahalkada (à gauche) et le Patthirippua (à droite) forment la façade du temple de la dent.

A proximité, se trouve le Raja Tusker Museum, un bâtiment des plus déroutant. Il s’agit d’un mémorial où repose, embaumée, l’imposante dépouille d’un éléphant. Il s’appelait Raja et c’est lui qui a porté pendant près d’un demi siècle la relique de bouddha lors des Esala Perahera.

En poursuivant notre chemin vers l’Ouest, nous longeons une multitude de petits temples. A leurs pieds, des moines bouddhistes dispensent leurs enseignements à des petits groupes d’enfants.

Un peu plus au sud, nous voici face à la paroi immaculée du Mahawahalkada, l’entrée principale du sanctuaire. A sa droite, se trouve le Patthirippua. C’est un pavillon octogonal surmonté d’une incontournable toiture rouge. Il offrait aux rois de jadis une vue imprenable sur les cérémonies religieuses et accueille aujourd’hui les archives du royaume.

 

Fresque, Temple de la dentNote – Les murs du temple de la dent son couverts d’une multitudes de fresques colorées.

Le sanctuaire en lui même

Après notre petite promenade dans le complexe, il était temps de visiter le temple en lui même. Sur ses deux niveau, le sanctuaire est construit dans la plus pure tradition kandyenne et la plupart des ses murs sont décorés de fresques colorées. Les poutres apparentes sont elles aussi agrémentées des motifs finement détaillés.

C’est au premier niveau du sanctuaire, l’Udu malaya, que se trouve la dent de Bouddha. La relique repose bien à l’abris de 7 coffrets faits d’or, d’argent et de pierre précieuses. Elle y demeure sous bonne garde depuis plusieurs siècles. Ne comptez pas vous en approcher, elle n’est présentée qu’aux invités de marque.

Trois fois par jours, les beras résonnent dans le Temple de la Dent et annoncent le Puja, la cérémonie des offrandes. Nous y étions pour celui de 9h30, il faisait encore frais et la foule n’était pas trop compacte à cette heure ci.

A cet instant, les lourdes portes richement décorées de la chambre sacrée se sont ouvertes. Certains fidèles ont alors eu l’honneur de déposer leurs offrandes devant le reliquaire tandis que les autres ne pouvaient l’observer que de loin.

 

Poutres, Temple de la dent, Sri LankaNote – Les poutres supportant la chambre sacrée bénéficient d’une décoration particulièrement ouvragée. Il faudrait des heures pour en remarquer tous les détailles.

Le reste du sanctuaire est richement décoré. Notamment l’Alut Maligawa, vaste hall où trône une imposante statue de Bouddha. Ses murs, coiffés d’éléphants dorés, sont agrémentés d’une succession de tableaux retraçant l’histoire de la relique.

À quelques minutes de marche, nous avons pu poursuivre notre visite avec l’ancien palais royal. Il accueille aujourd’hui le National Museum à la collection particulièrement riche. Mais aussi l’étonnant Museum of World Buddhism, qui s’apparente plus à un vaste empilement de quincailleries apportées des quatre coins de l’Asie.

 

Lampe, temple de la dent

 

Une relique qui voyage…

Après la mort de mort de Bouddha et l’incinération de sa dépouille vers 452 avant notre ère, la relique de la dent est restée en Inde pendant plus de 8 siècles. Un jour, un groupe d’hindouistes exaltés s’en est emparé pour la détruire. En vain, dès le premier coup, la masse éclate au contact de la molaire.

Afin de la protéger, la princesse Hemamali dissimule la relique dans sa chevelure. Puis, sous l’ordre de son père, se rend en secret à Anuradhapura, capitale du puissant royaume cinghalais. La relique y demeure sous bonne garde pendant plus de 5 siècles avant d’être régulièrement déplacée.

Les rois cinghalais sont en effet chargés de protéger la relique. Mais cette lourde responsabilité devient au cours des années le symbole de leur souveraineté. Ainsi, tous veillent à ce qu’elle soit mise à l’abris à proximité de leur palais. C’est ainsi que de Polonnaruwa à Yapahuwa, les anciennes capitales de l’île regorgent toutes d’imposants sanctuaires qui ont un jour accueilli la relique.

 

…et qui déchaine les passions.

Conscients de l’aura toute particulière de la dent de bouddha, les portugais s’en emparent à l’occasion de la prise de Jaffna. Puis en 1560, ils la transfèrent à Goa et la réduisent en cendre sous l’ordre du vice roi.

Mais poussée par des vents favorables, la dent de Bouddha se reforme et atteint la capitale du dernier royaume libre du Sri Lanka, Kandy. En 1815, lors de l’effondrement de ce dernier, l’armée Britannique s’en empare à son tour avant de la restituer quelques jours plus tard.

Depuis, elle reste sous la protection du Dalada Maligawa, le Temple de la Dent. Même lors de l’Esala Perahera, ce n’est qu’une copie du reliquaire qui parcourt les rues de la ville.

La dent de bouddha demeure l’un des symboles les plus importants de l’identité nationale cinghalaise. Aujourd’hui, peu de choses ont changé. La relique de la dent est toujours au coeurs des luttes de pouvoirs. Les tristement célèbres attaques de février 1989 par un groupuscule communistes et de janvier 1998 par les tigres tamouls en témoignent.

 

 

Le mot de la fin


En tout, la visite du Temple de la Dent ne vous prendra pas plus de deux heures. Bien que hautement symbolique, le sanctuaire surprend par sa taille modeste. Je vous conseille de vous y rendre un peu avant le début d’un Puja. Ils ont lieu tous les jours à 5h30, 9h30 et 18h30.

Le Puja du petit matin vous permettra d’éviter l’afflux des touristes tandis que celui de 9h30 vous permettra de bénéficier encore un peu de la fraicheur. En plus de la cérémonie en elle-même, le Puja est l’occasion d’assister au spectacle des joueurs de Beras, qui vous impressionneront par leurs costumes et leur talent.

 

Informations pratiques


  • Horaires des Pujas : Tous les jours – 5h30 – 9h30 -18h30
  • Prix : 15 US$
  • A savoir : Le temple de la dent est l’un des sanctuaires les plus sacrés du Bouddhisme. Pensez à porter des vêtements longs qui couvrent les jambes et les épaules.

Articles similaires

Commentaires

Ce site web utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. Accepter En savoir plus