Le nord du Sri Lanka

par Eric & Katiana

Autour de la ville de Jaffna, un paysage singulier se dévoile aux voyageurs. Un chapelet de petites îles s’étire en direction de l’Inde dont les plages de sable blanc émergent à peine de l’océan. Après un premier article sur la ville de Jaffna, voici maintenant celui sur sa région.

 

Jaffna en bref

 

 

La région de Jaffna


Le district de Jaffna est situé sur une péninsule tout au nord du Sri Lanka. Sa proximité avec l’Inde en fait une région très particulière. La population y est en grande majorité tamoule et de confession hindouiste. Ici, la langue et l’écriture ne sont pas les même que dans le reste du pays.

Entre le Ve siècle av. J.C. et le XIIIe siècle ap. J.C. la péninsule de Jaffna fait partie du Rajarata, la plus importante région du royaume d’Anuradhapura. Avec le recul de ce dernier, les tamouls qui sont majoritaires dans cette partie de l’île, en font leur royaume. Par la suite, cette région passe sous le contrôle des portugais puis des hollandais qui l’administrent de manière autonome.

 

Note – Quelques séquences que nous avons filmées dans les rues de Jaffna et dans son fort hollandais mais aussi pendant notre traversée en bateau en direction de l’île de Naitivu.

 

Lorsque les britanniques s’installent, l’île est divisée selon des considérations ethniques, en trois régions administratives. Ce sont le Low Country Sinhalese, le Kandyan Sinhalese et le Tamil. La péninsule de Jaffna fait alors partie du district Tamoul. En 1833, la région est rattachée avec le district de Mannar et celui de Vanni, pour créer l’actuelle province du nord.

C’est dans cette région que fut fondé le LTTE (Liberation Tigers of Tamil Eelam) et que la guerre civile fit le plus de ravage. Tout autour de Jaffna, on peut apercevoir lde nombreux villages abandonnés et des temples à moitié en ruine. En effet, les vestiges de la guerre sont toujours présents et parfois même oppressants.

 

Notre visite de la péninsule de Jaffna


Bien aidés par notre chauffeur, nous avons sillonné la péninsule de Jaffna pendant une petite journée. Dans ce paysage idyllique où les plages paradisiaques se succèdent à des mers de cocotiers, un endroit a particulièrement retenu notre attention. C’est l’île de Nainativu et ses deux temples bouddhiste et hindouiste. Nous avons aussi visité quelques curiosités tels qu’une très kitche église en plein air pour enfin nous reposer à la petite station balnéaire de Kankesanthurai.

 

Note – Une eau turquoise et des barques de pêcheurs multicolores. Parfois très polluées, les côtes de la péninsule de Jaffna dévoilent cependant un paysage enchanteur.

 

Sur la route de Nainativu

Pour rejoindre l’île de Nainativu, il nous faut emprunter le Pannai Bridge. C’est une digue goudronnée qui relie la ville de Jaffna à l’île de Kayts. À cet endroit, les barrages ont transformé l’océan en un de lac très peu profond. On y aperçoit de nombreux filets qui dépassent de l’eau et qui forment de petites cages circulaires. C’est de cette façon que les pêcheurs locaux pratiquent une culture artisanale des crevettes.

Après avoir traversé l’île de Kayts, nous empruntons une deuxième digue qui nous permet de rejoindre l’île de Punkudutivu. Plus sauvage que la première, les souvenirs de la guerre y sont aussi plus présents. La route longe de nombreuses habitations qui ont été abandonnées, incendiées ou bombardées dans un passé pas si lointain.

Note – Au dessus : La jetée qui permet de rejoindre l’embarcation faisant la liaison avec l’île de Naitivu. Pour l’anecdote, les digues reliant les autres îles entre elles sont à peine plus large. En dessous : Les barques colorés des pêcheurs tamouls. On remarque dans le fond, dépassant tout juste de l’eau, les fameuses « cages » utilisées pour la culture des crevettes.

 

Nous arrivons enfin sur la toute petite île de Kurikadduwan. À partir de là, c’est impossible de continuer en voiture. Il nous faut emprunter à pied une dernière digue au bout de laquelle est amarré un petit ferry. Pour quelques roupies, nous montons à bord, non pas du ferry, mais d’un tout petit bateau en bois dans lequel s’entasse une foule de sri lankais et quelques touristes.

L’embarcation, secouée à la moindre vaguelette, nous emmène enfin vers notre destination, l’île de Nainativu. La traversée n’aura pas pris plus d’une vingtaine de minutes. À partir de Jaffna, comptez au final une petite heure de trajet. Nous accostons sur un quai richement décoré qui est en fait l’entrée d’un temple bouddhiste, le Nagadeepa Raja maha Viharaya.

Note – Une traversée pas des plus confortables mais bien dépaysante. Les voyageurs étaient en grande majorité des pèlerins hindouistes se rendant au Nagapooshani Amman temple. 

Les temples de Nainativu

C’est une véritable surprise de trouver un si grand temple bouddhiste dans ce territoire en majorité hindouiste. Une plaque en bronze est là pour nous apporter quelques précisions. Selon la légende, le Bouddha serait venu ici pour intervenir dans le règlement d’une dispute entre deux rois nagas, Chulodara et Mahodara sur la possession d’une pierre précieuse.

Temple jaffnaNote – En dessous, le Nagadeepa Raja maha Viharaya bénéficie d’une jetée monumentale qui contraste fortement avec celle complètement délabrée du temple hindouiste voisin.

 

Pour y entrer, nous passons sous un porche blanc grossièrement travaillé. L’ensemble du temple est moderne et manque franchement de charme. Ici et là, des statues de serpent en plâtre font écho au mythe fondateur du lieu. Il n’y a personne et c’est à se demander si ce temple rutilant n’a pas été construit qu’à des fins politiques. Sans trop nous attarder, nous nous rendons à pied en direction du second temple, hindouiste cette fois-ci.

Péninsule de Jaffna, Sri LankaNote – Le chemin reliant entre eux les deux principaux temples de l’île est très vite ornementé de constructions hindouistes.

Nous suivons une petite route bitumée bordée de quelques étales de marchand de souvenirs. Ces derniers ne se résument tout au plus qu’à une simple table posée sur des tréteaux sur laquelle sont disposés quelques coquillages ramassés dans les environs. Rapidement, le décor change. Les habituels murs aux rayures rouges et blanches font leur apparition. Nous revoilà en terre hindouiste.

Le Nagapooshani Amman Temple est au bout de la route. Comme dans tous les kovils, il nous faut passer sous un petit gopura pour pénétrer dans l’enceinte sacrée. La cour intérieure est remplie de nombreux fidèles. Les hommes sont pour la plupart torse-nu et les femmes vêtues de saris bariolés. Quelques vaches se promènent. Le temple bouillonne de vie et de couleurs. Définitivement, nous sommes très loin du silence imperturbable du temple bouddhiste voisin.

Note – Ce temple est plutôt ancien. Ptolémée, le géographe grec, en faisait déjà mention dans sa description de l’île de Taprobane au IIe siècle ap. JC.

 

Après avoir fait notre petit tour, nous passons sous le plus grand des gopuras du temple. Cette entrée monumentale donne sur une jetée au bout de laquelle une petite embarcation similaire à la première nous attend. C’est sous un soleil de plomb que nous faisons la traversée de retour. Du bateau, nous apercevons quelques îles aux plages de sable blanc. Une fois à quai, nous nous laissons tenter par cette eau turquoise. Direction la station balnéaire de Kankesanthurai.

 

Nagapooshani Amman Kovil, Nainativu

 

Les environs de Kankesanthurai

Sur le chemin de Kankesanthurai, notre chauffeur nous arrête devant une étrange église en plein air. Derrière l’autel, on découvre une reconstitution hasardeuse de la grotte de Lourde. Peint en bleu, bétonné maladroitement, ce n’est pas le plus bel édifice religieux du Sri Lanka. Par contre, il à le mérite de nous rappeler qu’une petite communauté de tamouls catholiques continue de vivre ici.

Il faut savoir que pendant la guerre civile, les tigres tamouls (groupe terroriste hindouiste) ont mené une terrible campagne de persécution à l’encontre des autres communautés religieuses. La communauté musulmane de Jaffna a ainsi été complètement chassée de la région et nous avons vu, au cours de notre visite, un nombre édifiant d’églises complètements incendiées. Dans une logique de représailles aveugles, l’armée sri lankaise a mené de nombreuses attaques contre des temples hindouistes qui sont, encore aujourd’hui, pour la plupart en ruines.

Note – Juste derrière l’église, un drapeau aux couleurs de la Vierge Marie est planté dans l’océan.

 

La plage de Kankesanthurai

Kankesanthurai est une petite ville portuaire située au nord de Jaffna. On y trouve un camp militaire, un très ancien Kovil et quelques petites plages bien abritées où l’on peut nager tranquillement. Nous y arrivons en début d’après-midi. Nous déjeunons, faute de choix, au Thalsevana Holiday resort. C’est le plus important hôtel des environs.

Nous passons ensuite la fin de la journée à profiter de la plage. Juste à côté, nous jetons un coup d’œil à la gare ferroviaire de Kankesanthurai. C’est le terminus de la ligne reliant le nord du Sri Lanka à sa capitale, Colombo. Nous découvrons aussi, sur une plage à proximité, l’épave d’un cargo. Abandon volontaire ou résultat d’une manœuvre maladroite, nous n’en saurons malheureusement pas plus.

 

 

Pour conclure : que penser de Jaffna ?


Jaffna et sa péninsule offrent un paysage à la fois magnifique et dépaysant par rapport au reste de l’île. Le climat aride, la population tamoule et les nombreux temples hindouistes nous transportent presque dans le sud de l’Inde. Si vous prévoyez des vacances au Sri Lanka et que vous pensez y rester un bon moment, n’hésitez pas à y passer quelques jours.

Cependant, comme vous avez pu le lire, impossible de voyager dans le nord du pays sans être confronté aux vestiges de la guerre civile. Son souvenir est encore tenace. Dix ans après, on se rend bien compte que les villages les plus reculés n’ont pas encore bénéficié de travaux de reconstruction. Aussi, voyager à Jaffna, c’est faire face à une page sombre de l’histoire de ce pays.

Pour en savoir plus sur la ville de Jaffna, on vous invite à (re)découvrir la première partie de cet article. Enfin, si vous prévoyez de vous y rendre, nous publierons prochainement un article spécialement dédié à l’organisation d’un séjour dans cette partie du Sri Lanka.

 

Articles similaires

Commentaires

Ce site web utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. Accepter En savoir plus