Sigiriya – Le rocher du lion

par Eric & Katiana

En plein cœur du Sri Lanka, un énorme rocher solitaire attire touristes et curieux depuis plus de 1500 ans. Tous viennent admirer les derniers vestiges d’un gigantesque palais construit à son sommet. C’est Sigiriya, le rocher du lion, l’ancienne demeure du roi fou Kassapa et probablement la destination la plus incontournable du Sri Lanka.

 

Sigiriya en bref

 

Sigiriya en Bref

 

La visite de Sigiriya


Sigiriya est un site archéologique et naturel majeur au Sri Lanka et sa réputation n’est pas volée. Son histoire est passionnante, ses vestiges sont magnifiques et le panorama au sommet du rocher est sincèrement à couper le souffle. Cependant, il attire énormément de touristes. Vraiment énormément.

Pour éviter une pénible file d’attente nous avons préféré arriver la veille de notre visite. Nous nous sommes rendu à Pidurangala, un petit temple au pied d’une colline voisine du site. Une petite randonnée que l’on vous conseille vivement nous y attendait ainsi qu’une vue magnifique de la face nord de Sigiriya.

Note – Pour vous montrer comme c’était beau, on vous a préparé une petite vidéo de Sigiriya et de Pidurangala.

 

Détour à Pidurangala

L’histoire de Pidurangala remonte à l’arrivée de Kassapa à Sigiriya. En effet, le rocher est à l’époque le lieu de retraite d’une communauté de moines bouddhistes. Le roi les chasse et leur offre en compensation cette colline. Ils y construisent un monastère qui ne ressemble aujourd’hui qu’à un amoncellement de ruines que l’on a pu longer en empruntant l’antique escalier qui mène jusqu’au Royal Cave Temple.

Au Royal Cave Temple, il fallait faire appel à son imagination pour deviner à quoi devait ressembler le temple lorsqu’il était encore occupé. Il ne reste que quelques murs à trois-quarts effondrés accrochés à la paroi, un énigmatique renfoncement dans la roche du sol entouré de barres de fer et surtout un imposant Bouddha de briques rouges. Mais ce n’est pas pour ces vestiges que nous sommes venus à Pidurangala, mais bien pour sa très célèbre vue du rocher de Sigiriya.

 

Escaliers de Pidurangala, Sri LankaBouddha de Pidurangala, Sri LankaNote – Le Bouddha en briques rouges du Royal Cave Temple, en haut de Pidurangala

 

Pour accéder jusqu’au sommet, la promenade se transforme en escalade. Il n’y a plus vraiment de sentier mais, un empilement de blocs de roche qu’il nous faut gravir les uns après les autres pendant une dizaine de minutes (ou un peu plus pour les moins sportifs). Certains y vont très tôt le matin pour y admirer le lever du soleil. Si vous n’êtes pas des habitués des sentiers alpins, on vous conseil d’attendre la fin de l’après-midi, les couleurs n’en sont pas moins magnifiques.

 

Le rocher de SigiriyaNote – Du haut de Pidurangala, on peut admirer le rocher de Sigiriya et même observer la file des touristes qui en font l’ascension.

Nous avons passé toute la fin d’après-midi au sommet de la colline à contempler le paysage. Comparé à Sigiriya, très peu de touristes s’y rendent ce qui permet de conserver le côté sauvage du lieu et aussi un peu de sa magie.

 

Le rocher du lion

Sigiriya est un imposant rocher formé par un bouchon de lave dont le volcan aurait fini par disparaître avec l’érosion. Au Ve siècle, le roi Kassapa décide d’y installer sa capitale après avoir abandonné Anuradhapura, tué son père et chassé son frère du royaume. Il y fait alors construire l’un des palais les plus magnifiques de son temps.

La démesure de son œuvre est souvent rapportée à l’énorme tête de lion qu’il fera tailler dans la roche pour donner à son palais une allure de fauve allongé. Si elle a aujourd’hui disparu, les deux imposantes pattes qui marquent toujours l’entrée témoignent encore du gigantisme de ce lieu.

 

Rocher de SigiriyaNote – Le palais se trouve sur le plateau au sommet du rocher. Un peu plus bas sur la gauche un second plateau accueille les pattes de lion tandis que l’on peut apercevoir le miror wall au centre de l’image.

Il consacra les dix-huit années de son règne à son édification. Il fera même recouvrir une paroi entière du rocher par une fresque représentant soit des fées (pour les plus romantiques), soit ses plus belles courtisanes. Une quinzaine d’entre elles ont survécu au passage du temps et nous ont impressionnés tant par leur beauté et que par leur réalisme.

L’histoire prend fin avec le retour de son frère Mogallana. Ce dernier a pris le temps de réunir une puissante armée en Inde et débarque avec la ferme intention de reprendre son trône. Après la défaite de Kassapa, le rocher de Sigiriya fut rendu aux moines, mais continuera d’attirer des visiteurs jusqu’à nos jours.

 

Piège, Sigiriya, Sri LankaDébut de l'ascension, Sigiriya, Sri LankaNote – Au-dessus, cet immense bloc de pierre qui semble soutenu par des petits piliers serait, selon certains, un énorme piège. Il suffirait de faire basculer les piliers pour que le bloc aille s’effondrer si les assaillants en contrebas. En dessous, les premiers escaliers de pierre qui marquent le début de l’ascension de Sigiriya.

 

L’ascension du rocher

Nous sommes arrivés sur le site dès son ouverture. Après un passage obligé au musée dans lequel se trouve la billetterie, nous avons emprunté un sentier qui longe d’anciennes fontaines et qui mène directement au pied du rocher. L’ascension commence par un escalier de pierre rapidement remplacé par une passerelle en fer mise en place par les colons anglais au XIXe siècle.

 

Chemin de SigiriyaNote – Des deux côtés du chemin, on apperçoit d’anciens bassins qui sont encore alimentés par des fontaines pendant la saison des pluies.

Pour accéder aux fameuses demoiselles de Sigiriya, il nous faut emprunter un escalier en colimaçon qui mène jusqu’à un renfoncement long d’une dizaine de mètres. Nous n’avons malheureusement pas pu prendre de photos mais une petite recherche sur google vous fera comprendre notre émerveillement.

En redescendant l’escalier, nous arrivons au mirror wall. C’est un mur d’une cinquantaine de mètres de long qui, à l’époque de Kassapa, était si bien poli qu’il agissait comme un immense miroir. Il est à présent entièrement recouvert de graffitis laissés là par les visiteurs et qui se sont accumulés au cours des siècles. Il parait qu’ils permettent aux archéologues de retracer l’évolution de l’écriture du cinghalais, du tamoul mais aussi du sanskrit. Par ailleurs, la plupart d’entre eux sont des commentaires plus ou moins inspirés des demoiselles qui se trouvent juste à côté.

 

Mirror Wall, SigiriyaNote – Quelques unes des inscriptions à la surface du Mirror wall

Un dernier escalier en pierre permet d’accéder à la plateforme où se trouvait la véritable entrée du palais. Les deux énormes pattes sont dans un excellent état de conservation et nous permettent d’imaginer à quoi cela devait ressembler lorsque l’énorme tête de lion donnait au rocher une allure quelque peu intimidante.

 

Pattes de lion, SigiriyaNote – Les pattes de lion marquent l’entrée du palais. À l’époque de Kassapa, les visiteurs devaient passer par une énorme tête de lion qui a malheureusement disparu.

Au sommet de Sigiriya

Pour atteindre le sommet, il nous faut gravir un dernier escalier de métal lui aussi mis en place par les colons britanniques. Une fois en haut, le panorama est à couper le souffle. Nous avons pris le temps de flâner le long des vestiges qui se limitent malheureusement à une multitude de murs en briques.

Sur la pointe nord du rocher, la plus haute, nous marchons sur les restes du palais puis en descendant une succession de terrasses nous accédons à ce qui devait être autrefois de magnifiques jardins ainsi qu’à un bassin qui servait alors autant de réservoir d’eau que de piscine pour les courtisans.

 

Katiana en haut de Sigiriya, Sri LankaVestiges du palais de Sigiriya, Sri LankaPanorama en haut de Sigiriya, Sri LankaNote – Une fois au sommet, le temps semble s’arrêter et on peut passer des heures à contempler le paysage ou à déambuler entre les vestiges du palais. On voit en bas les eaux de Sigiriya Wewa, lac artificiel autrefois bien plus grand qui alimente toujours les fontaines du palais.

 

Autant chassés par le soleil que par les touristes, toujours un peu plus nombreux, et après deux heures de rêveries du haut de notre palais, il était temps pour nous de redescendre sur terre. Pour cela, nous devons retourner sur nos pas. Une fois sur la plateforme du lion nous empruntons le même escalier en pierre puis nous tournons à droite une fois arrivé devant le miror wall.

Rapidement, nous revoilà dans la jungle. Quelques ruines, ici et là, émergent d’une végétation luxuriante. Fidèle à sa promesse, Sigiriya aura été l’une des plus belles choses que nous aurions vu au Sri Lanka.

 

Rocher de Sigiriya vu de Pidurangala

 

Sigiriya pratique

 

Se rendre à Sigiriya

  • En bus : La Main bus station de Dambulla propose des liaisons avec les gares de Colombo, Kandy, Anuradhapura et Polonnaruwa. À partir de cette gare, des bus partent en direction de Sigiriya toutes les 30 minutes entre 5 heure et 17 heure. Comptez une heure de trajet environ.

Manger à Sigiriya

  • Nirwana restaurant : Petit restaurant sans prétention qui sert une cuisine locale copieuse et plutôt bonne. Vous le reconnaîtrez à son mur entièrement de graffitis laissez là par les touristes du monde entier. Très abordable. Inamaluwa – Sigiriya Rd, Sigiriya — 071 133 6616 — 10:00–22:00
  • Zinc Journey Sigiriya : Le restaurant de cet hôtel sert une cuisine internationale correcte mais un peu chère pour la qualité. Par contre son emplacement est idéale puisqu’il se trouve juste en face du rocher. Sigiriya Rd, Sigiriya — 0662 286 299 — 10:00–22:00
  • Madawa Rest : Cette maison d’hôte un peu plus excentrée dispose aussi d’un restaurant tenu par le fils de la gérante. La cuisine est bonne et propose des plats traditionnels ainsi qu’une cuisine plus occidentale. Prix très abordable. 4th Mile Post Sigiriya Road, Sigiriya 21120 — 077 980 0701 — Ouvert le soir

Dormir à Sigiriya

Le petit village de Sigiriya ne vit exclusivement que du tourisme. Vous trouverez facilement votre bonheur dans la profusion d’hôtels qui vous seront proposés sur les sites de réservation en ligne. Pour notre part, nous avions réservé le Madawa Rest via Air Bnb, et nous avons été très satisfait pour le prix.

Se déplacer à Sigiriya

  • En vélo : Le village, le rocher et le mont pidurangala sont tous très proches les uns des autres. Le vélo est une excellente option pour se déplacer à Sigiriya. Vous pourrez en louer un peu partout. Évitez cependant de sortir du village la nuit à vélo, il n’y a pas d’éclairage et la région de Sigiriya est connue pour ses nombreux éléphants sauvages.
  • En tuk-tuk : Comme partout au sri lanka, c’est le moyen le plus rapide pour se déplacer. Cependant, soyez plus vigilant qu’ailleurs, leurs clients n’étant que des touristes, les chauffeurs ont l’habitude de gonfler les prix de manière exorbitante et en deux jours nous avons assisté à plusieurs arnaques.
  • En bus : Une ligne de bus désert la sigiriya road le long de laquelle se trouve la plupart des hôtels. Elle permet d’accéder rapidement au rocher pour un prix imbattable.

Articles similaires

Commentaires

Ce site web utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. Accepter En savoir plus